Pigeons

Pigeons

Les pigeons constituent un réservoir de micro-organismes potentiellement pathogènes pour l'homme

Descriptif

Le pigeon biset est généralement gris/bleu sombre et possède une iridescence sur le cou et une partie des ailes. Son iris peut varier entre le doré, l’orange et le rouge, et présente un cercle intérieur plus pâle. Son bec est gris foncé, presque noir et ses pattes sont généralement dans les nuances de rouge.

Les mâles et femelles sont presque identiques, exception faite de l’iridescence qui est moins présente chez la femelle et limité aux côtés et à l’arrière du cou.

Habitat & moeurs

Son habitat préféré à l’état naturel se situe principalement dans des zones rocailleuses, constituées de fissures, d’abris et de corniches, dans lesquelles les couples de pigeons trouvent refuge et installent leur nid. Dans les villes et villages où il est désormais installé de façon permanente, le pigeon biset s’abrite et installe ses nids dans tous les espaces confinés à sa disposition, tels que des trous ou cavités, des toits et terrasses et des bâtiments habités ou en ruines.
Le pigeon biset vit presque exclusivement en groupe, formant de grands rassemblements comprenant de nombreux individus.

Le vol du pigeon biset est caractérisé par sa rapidité et son agilité, ajustant rapidement sa trajectoire. Il vole souvent à faible distance du sol, que ce soit au-dessus des champs ou de l’eau. Il peut également voler en altitude principalement pendant des rassemblements de nombreux volatiles. Le pigeon biset se posera presque toujours au sol, on sur des rebords et très rarement sur des branches d’arbre.

Régime alimentaire

Le régime alimentaire du pigeon biset est constitué de graines, de mollusques, d’escargots. En ville il se nourrira presque exclusivement de graines et de miettes.

Reproduction

En dehors de son habitat naturel, le pigeon biset niche dans les petits espaces clos et à l’abri des intempéries. La première ponte commence généralement entre février et mars, mais la période de reproduction peut durer jusqu’au mois d’oictobre. Les couples peuvent donc produire jusqu’à 3 couvées (de deux à trois œufs) en une seule saison de reproduction.

Après une incubation d’une durée de 17 à 19 jours, les pigeonneaux naissent couverts d’un duvet jaune. Ils seront nourris par les deux parents jusqu’à ce qu’ils atteignent l’âge d’un mois, où ils pourront déjà quitter le nid.

Les nuisances pour votre environnement

Ils présentent donc un risque sanitaire à prendre en considération. Leurs excréments sont notamment porteurs de germes de différentes maladies qui peuvent se transmettre selon deux vecteurs principaux, l’inhalation et le contact.

Les maladies les plus fréquemment rencontrées sont :
• ornithose, également appelée psittacose ou chlamydiose, elle se traduit par un syndrome grippal pouvant évoluer en pneumonie dans les cas les plus graves. C’est une maladie à déclaration obligatoire quand elle est diagnostiquée, ce qui est rare du fait de son caractère le plus souvent non spécifique et bénin ;
• cryptococcose : atteinte pulmonaire ;
• maladie de Newcastle : syndrome grippal accompagné de fièvre ;
• asthme allergique : l’ingestion d’aliments souillés par des fientes contaminées peut transmettre une salmonellose (syndrome de gastro entérite).

C’est la principale maladie contractée par ce mode de pénétration dans l’organisme (le simple fait de porter ses doigts souillés à la bouche entraîne une contamination).
À noter que la cryptococcose, la maladie de Newcastle et la salmonellose ne sont pas spécifiques aux pigeons et peuvent concerner toutes les espèces d’oiseaux.

À ce jour, même si des traitements médicaux sont administrés, il n’existe pas de vaccins préventifs contre ce type de maladies.

Les populations les plus exposées sont les personnes en contact permanent avec les oiseaux (colombophiles, vétérinaires) mais les agents peuvent être aussi concernés.

Dans ce cas, la probabilité de transmission à l’homme est plus importante pour les personnes amenées à nettoyer des bâtiments ou des surfaces urbaines.
Le risque de contraction de telles maladies reste modéré. Le risque de zoonose (virus West Nile) transmise par le pigeon reste modéré.

Méthodologie

  • Régulation de la colonie par nasses de capture non létales selon la réglementation en vigueur (nasses fournies avec eau et alimentation)
  • Nasse de 1 m de long sur 50 cm de haut (capacité 10 à 15 individus)
  • Nasse de 2 m de long sur 80 cm de haut (capacité de 10 à 30 individus)
  • Nasse de 2 m de long sur 1m 50 de haut (capacité de 10 à 50 individus)
  • Nasses relevées une à plusieurs fois par mois en fonction du contrat signé entre le client et Fauconnerie Team. Selon la densité de la population, une volière de récupération peut être installée par nos soins sur votre site.
  • Régulation de la colonie par tir à l‘aide de carabine à plomb (5.5 ou 4.5) soumise à la réglementation en vigueur.
  • Campagne de tir effectuée par nos intervenants titulaires du permis de chasse valide du département du lieu d‘intervention.
  • Tous nos intervenants sont titulaires de l‘agrément piégeur et du permis de chasse valide. Ils sont également formés au tir spécifique.
  • Mise en place d‘une campagne d‘effarouchement à l‘aide de Buse de Harris afin de créer un climat anxiogène et une perturbation intentionnelle.
  • Mise en place d‘une campagne d‘effarouchement par drone afin de simuler l‘attaque de rapaces et ainsi déplacer la colonie invasive restante suite à l‘action curative.
  • Mise en place de solutions techniques et technologiques afin d‘éviter le retour des volatiles (effarouchement laser, effarouchement acoustique, effarouchement visuel, système anti-intrusion).
  • Nos campagnes d‘une durée de 6 à 44 semaines nous permettent d‘obtenir des résultats de régulation supérieure à 80 % du nombre estimé de la colonie invasive.
  • Nous proposons des contrats d‘entretien annuel afin de réguler définitivement la présence de ces volatiles.
  • Une fois la dépollution effectuée et la campagne d‘effarouchement amorcée, il est indispensable de procéder à l‘enlèvement des nids et au nettoyage des zones souillées. Cette opération combinée à nos actions garantira la maîtrise de la colonie.
  • Tous les déchets peuvent être inscrits dans un programme de retraitement écologique par un circuit agricole.
  • Ces actions sont réalisées par des personnes titulaires des CACES nécessaires à l‘utilisation de nacelles et/ou titulaires des CQP nécessaires aux travaux sur corde.
  • Les produits utilisés sont biocides et validés par la Direction des Services Vétérinaires.
  • Nous vous recommandons vivement d‘organiser un temps de sensibilisation à nos actions auprès de vos collaborateurs, au travers de la présentation de nos oiseaux de proie.
  • Nous vous livrerons un support reprenant les bons gestes à adopter lors du lancement de nos interventions.
  • Pendant nos campagnes, un affichage est conseillé lors de nos interventions.
  • Nos interventions se font après écriture d‘un arrêté municipal demandé à la Mairie du lieu d‘intervention ou après envoi du Cerfa n° 13616*01 déposé à la préfecture du lieu d’intervention.
  • Les passages varient en fonction du nombre de pigeons à traiter, de la capacité de nos nasses et volières.
  • Un observateur interne sur le lieu d’intervention est vivement conseillé pour éviter les frais kilométriques liés aux relevés.
  • Chaque opérateur intervient avec des EPI adaptés : combinaisons – gants – masques – chaussures.
  • Chaque équipement est utilisé une seule fois puis détruit.
  • Les volatiles sont transportés dans des caisses adaptées puis acheminés vers des pigeonniers en fonction des places disponibles.
  • Les volatiles peuvent être euthanasiés directement sur site puis intégrés à un protocole de suivi des déchets.
  • Nos déchets aviaires sont inscrits dans un programme d’équarrissage par les services de la société ATEMAX N° contrat 10160238.
  • Les pigeons sont mis en surgélation à -21 degrés dans des congélateurs adaptés. Les services d’équarrissage sont ensuite appelés lorsque nos congélateurs sont pleins.